Restez informé(e) :


logo Animal Patient

Les larves de puces :
Elles sont à l'affût dans les endroits sombres pour (ré)infester votre animal

Publié par Gilles Ventejol

Mis à jour:

9 minutes de lecture

flea larvae presentation image

Tous les insectes se développent en effectuant plusieurs mues.

Chez certains insectes, le processus est limité. Chaque mue correspond à une augmentation de taille sans changement significatif du mode de vie ou de la façon de se nourrir. C’est le cas, par exemple, pour les sauterelles, les poux et les punaises.

D’autres insectes sont holométaboles : ils subissent une métamorphose complète lors de la mue leur ouvrant le chemin vers l’état adulte.

Tout le monde sait comment les chenilles rampant sur les feuilles deviennent de merveilleux papillons ou comment les larves de moustiques aux mœurs aquatiques deviennent des parasites volant cherchant à nous harceler tout au long de la journée.

Les puces appartiennent à la seconde catégorie. Les puces immatures sont radicalement différentes des adultes. Alors que les adultes peuvent sauter très haut pour rejoindre l’hôte sur lequel ils resteront le reste de leur vie, les larves rampent sur le sol et cherchent à se cacher du mieux possible de la lumière.

Vous aurez de la peine à les remarquer. Mais elles sont beaucoup plus nombreuses que les adultes, environ 7 fois plus nombreuses, en moyenne.

Les larves représentent une part majeure du problème posé par les puces : elles constituent le réservoir qui permet à l’infestation de perdurer.

Le cycle de vie des puces

Le cycle de vie de la puce comporte 6 stades distincts : l’œuf, les 3 stades larvaires, la pupe et l’adulte, mâle ou femelle.

Les adultes femelles pondent entre 25 à 40 œufs par jour[1] sur le pelage de l’animal. A partir de là, les œufs finissent par tomber sur le sol et se retrouvent en grand nombre là où les animaux passent le plus de temps.

En fonction des conditions de température et d’humidité, les œufs éclosent au bout de 2 à 10 jours pour donner naissance des larves de stade 1.

A la fin de son développement, la larve de stade 3 sécrète un film de soie dont elle s’entoure pour commencer sa métamorphose elle devient alors une pupe. La pupe est le stade quiescent dans le cycle de vie de la puce. Une fois la métamorphose terminée, protégée par son cocon, elle peut attendre ainsi pendant des semaines, voire des mois l’arrivée d’un hôte potentiel, un animal à fourrure, le plus souvent un chat ou un chien.

Dans les conditions protectrices d’une habitation, le cycle prend en moyenne 3 à 4 semaines, dans sa totalité. Il peut durer beaucoup plus longtemps si les pupes ne sont pas réveillées par la présence de mammifères aux alentours.

A quoi ressemble une larve de puce

Vous pouvez rencontrer deux types de puces chez votre chien ou votre chat :Ctenocephalides felis couramment appelée la puce du chat, et Ctenocephalides canis, la puce du chien. Il se trouve que c’est la puce du chat que l’on retrouve très fréquemment que ce soit chez le chat ou le chien.

Les adultes de ces deux espèces ne sont pas très différents. La tête de la puce du chat est un plus longue et moins arrondie. La puce du chat comporte moins de segments sur ses pattes arrière. C’est vraiment une affaire de spécialistes.

Il n’y aucun moyen qui permette de distinguer les larves de ces deux espèces.

Les larves de puce ressemblent à de minces asticots. Elles sont blanches, presque transparentes à la sortie de leur œuf. Elles deviennent de plus en plus sombres à mesure qu’elles absorbent de la nourriture. Au cours de leur développement leur taille passe de 1-1,5 mm de long (larve 1) à 5-8mm (larve 3). Elles sont et ont de grandes mandibules de type broyeur qui les aident à satisfaire leur appétit vorace. Elles portent de nombreuses soies sur tout le pourtour de leur corps, mais pas en nombre suffisant pour que l’on puisse parler de fourrure.

description d'une larve de puce

Les larves de puce n’ont ni yeux, ni pattes.

Où vivent les larves de puces

Les puces de chat adultes vivent, se nourrissent et se reproduisent sur leur hôte, chien ou chat. Les femelles pondent leurs œufs quand l’hôte se repose ou dort[2]. Les œufs tombent rapidement du pelage sur le sol. C’est pour cela que la plupart des œufs se retrouvent dans les endroits que l’animal à l’habitude de fréquenter.

Les larves de stade 1 ont tendance à vivre à proximité immédiate de l’œuf dont elles ont éclos. Mais elles cherchent rapidement à se cacher de la lumière. C’est pourquoi vous pouvez très bien ne jamais les remarquer.

Elles s’enfoncent profondément dans le tapis ou moquette, ou entre les lattes des parquets, ou bien encore dans le sol en dehors de la maison.

Une fois qu’elles ont mué vers un stade plus avancé, elles peuvent s’éloigner davantage jusque dans un rayon de 40 cm à partir du point initial d’atterrissage.

Les larves sont le maillon faible du cycle de vie de la puce. Elles sont très sensibles à l’environnement extérieur. Elles ont besoin :

  • D’au moins 33% d’humidité relative. Plus de 50% si la température est supérieure à 25°C. Les larves de puce sont très sensibles à la dessiccation
  • D’une température ambiante comprise entre 8 et 35°C
  • D’être protégée d’une lumière directe

Autrement, elles meurent.

A l’intérieur de la maison, moins de 25% des larves survivent.

A l’extérieur, les puces sont capables de se développer dans les zones humides et ombragées.

Parce que les maisons sont maintenues en permanence à des températures favorables au développement des puces, elles peuvent donc infester votre animal tout au long de l’année !

En revanche la contamination est rare à l’extérieur au cours de l’hiver.

Combien de temps vivent les puces

Dans des conditions idéales, c'est-à-dire à 25°C et 75% d’humidité, et si suffisamment de nourriture est disponible dans leur environnement, les 3 stades larvaires prennent 5 jours au total.

Dans les cas où la température et/ou l’humidité relative sont plus basses, ou bien si la larve a du mal à trouver à manger, ce temps de développement peut atteindre 11 jours[3].

Comment se nourrissent les larves de puce

La taille des larves de puces est multipliée de 3 à 5 fois en environ une semaine en moyenne. Inutile de dire qu’elles doivent manger énormément.

Et c’est ce qu’elles font : elles ingèrent tous les débris organiques qu’elles peuvent trouver.

Les principales sources de nourriture sont les boulettes fécales provenant des repas de sang mal digérés des puces adultes[4]. Elles tombent du pelage de l’animal hôte, juste de la même façon que les œufs. Les boulettes fécales peuvent être trouvées dans les endroits que les chiens ou les chats infestés fréquentent. Des études ont montré que les larves de puces ne peuvent survivre si ces matières fécales ne font pas partie de leur alimentation.

Mais les larves de puce peuvent aussi se montrer carnivores, si elles trouvent des proies à leur portée, autres insectes ou acariens. Elles sont aussi cannibales. Elles n’hésitent pas à manger d’autres larves de puces ou des pupes.

Doit-on traiter les larves de puces

En théorie, pour éradiquer les puces sur votre chien ou votre chat, il serait suffisant de briser son cycle de développement, à un de ses stades seulement.

Cela consisterait à éliminer soit tous les adultes, tous les œufs ou toutes les larves. Il n’est pas possible d’éliminer les pupes, car elles sont protégées des traitements chimiques par leur cocon et les débris qui les entourent.

Le plus souvent, il est recommandé de traiter les puces adultes sur l’animal.

Cette stratégie a des limites toutefois :

  • Tous les animaux de compagnie du foyer doivent être traités en même temps, même ceux chez lesquels aucune puce n’a été détectée
  • Il faut utiliser des produits à la fois très efficaces et suffisamment rapides dans leur action pour empêcher les puces femelles de pondre des œufs
  • Le traitement, doit être renouvelé en respectant scrupuleusement les recommandations officielles du fabricant

Dans le cas de traitement topiques (appliqués sur la peau de l’animal), les chiens ne doivent pas se baigner trop souvent au risque de perte d’efficacité

C’est pour contourner ces contraintes que l’on peut vous conseiller de chercher à éliminer les formes immatures de puces infestant votre domicile.

Rappelez-vous, qu’ensemble, les larves, les œufs et les pupes représentent 95% de la population totale de puces.

Comment contrôler la population de larves de puces

Eradiquer les larves de puces à la maison

Il est important de se rappeler que, parce que les habitations sont maintenues à des températures favorables, les puces peuvent être présentes tout au long de l’année.

Les larves de puce fuient la lumière. Mais elles ne s’éloignent pas très loin de l’œuf dont elles sont issues, 40 cm au plus pour les larves de stade 3.

De plus, elles ont besoin de trouver les boulettes fécales dont elles ont absolument besoin pour se nourrir. Celles-ci se trouvent aux mêmes endroits que les œufs.

Cela signifie que les larves de puces vivent à proximité des lieux où votre chien ou votre chat passe le plus de temps. Elles trouveront des conditions favorables dans les tapis, les moquettes, entre les lattes de parquet ou dans les tissus profonds des canapés ou des fauteuils : ce sont des endroits où elles sont cachées de la lumière et où le niveau d’humidité est un peu supérieur.

Ce sont les zones que vous devez cibler. Espionnez votre animal, et essayez de repérer les lieus qu’il préfère, où il a l’habitude de passer du temps, de jouer, de se reposer ou de dormir.

Nettoyer et passer l’aspirateur

Vous commencerez par laver souvent la literie de votre animal.

Il est aussi recommandé de passer régulièrement l’aspirateur sur les tapis, moquettes, et parquets. Les brosses équipées d’un batteur sont plus efficaces.

Le passage de l’aspirateur agit sur tout l’écosystème sur lequel la larve de puce repose :

  • Les œufs, les pupes, et les larves elles-mêmes
  • Les débris organiques comme source de nourriture

· Les boulettes fécales dont les puces ont absolument besoin

Bien que nécessaire, l’aspiration n’est pas une méthode suffisante pour contrôler la population de larves.

Les aspirateurs, quels qu’ils soient, ne peuvent atteindre les parties les plus profondes des tapis ou des moquettes. Toutes les larves ne peuvent être éliminées, même en faisant un travail très soigneux.

Une étude a montré qu’un nettoyage minutieux éliminait entre 40 et 80% des œufs, mais seulement 5% des larves. Aspirer est plus efficace sur les tapis à poils courts. La puissance de l’aspiration ne change rien à l’affaire[5].

Faites attention aux nettoyeurs vapeur : la vapeur n’est souvent pas assez chaude pour tuer les larves, mais crée beaucoup d’humidité qui va grandement leur profiter dans leur développement.

Traiter

Le métophrène et le pyriproxyfène sont des IGR (Insect Growth Regulator en anglais). Ce sont des molécules de choix pour traiter votre habitation. Elles sont à la base des produits que vous trouverez régulièrement dans le commerce[6]. Elles imitent l’action l’hormone juvénile chez les insectes. Elles bloquent ainsi le des larves vers le stade suivant : le stade de la pupe. Elles tuent aussi les œufs.

Ces molécules sont très sûres pour les humains et les mammifères.

Elles sont souvent associées à des insecticides de faible toxicité comme la perméthrine ou des pyréthrines naturelles.

Mais il y des limites (encore !).

Premièrement, il faut déconseiller l’usage des sprays de type « foggers » qui traitent une pièce de façon uniforme et ne peuvent atteindre les endroits cachés : derrière ou sous les meubles.

Il faut utiliser un spray classique avec lequel vous pouvez cibler précisément les endroits que vous aurez identifiés comme sources d’infestation.

Deuxièmement, il n’y a pas de données sur l’efficacité de ces produits en conditions réelles d’utilisation. Vous ne pouvez pas connaitre le niveau d’efficacité que vous êtes en droit d’attendre dans votre habitation.

A titre de comparaison, les produits appliqués sur l’animal bénéficient de données nombreuses, réelles et documentées sur leur efficacité réelle.

L’efficacité de ces traitements dépend largement de vous, en particulier de votre capacité à identifier les « points chauds » et à les traiter régulièrement et avec application.

Eradiquer les larves de puces dans le jardin

Un animal infesté sème des œufs de puce dans le jardin, de la même façon qu’il le fait dans votre maison, sauf que les conditions y sont moins favorables pour les larves de puces. Elles ne survivront pas si la température tombe en dessous de 8°C. Elles ne supportent pas la lumière directe du soleil non plus.

Le jardin peut aussi être contaminé par d’autres animaux que vous n’avez pas remarqués : chats errants, renards …

C’est un problème saisonnier, car les larves de puce ne survivent pas en hiver à l’extérieur.

La première mesure est d’éloigner votre animal des zones à problème. C'est-à-dire des endroits qui ne voient jamais la lumière du soleil : sous un pont, sous des haies, dans des bois, ou à l’abri d’une pelouse épaisse. Vous lui indiquerez plutôt les terrains exposés à la lumière, et les pelouses coupées à ras[7].

En cas de problème réel et persistant d’infestation par les puces, vous pouvez envisager de traiter votre jardin.

C’est une méthode difficile et couteuse. Il faut faire appel à un spécialiste. Mais, une fois encore, bien que traiter votre jardin ait un intérêt, il n’y a pas de garantie d’efficacité. Il n’existe pas de données permettant de mesurer l’impact de ces traitements sur une infestation par les puces.

Empêcher l’éclosion des larves de puce

Empêcher les puces adultes de pondre des œufs viables permet sans conteste de casser le cycle de développement de la puce.

Beaucoup de traitements efficaces existent sur le marché qui peuvent résoudre le problème. Ils tuent les puces présentes sur l’animal. Certains d’entre eux rendent non viables les œufs que les femelles réussissent à quand même à pondre.

Il y a un bénéfice immédiat de voir les puces adultes disparaitre du pelage de votre animal.

Employé dans la durée, le traitement de l’animal permet d’ « assécher » progressivement le réservoir d’œufs, de larves et de pupes dans votre maison, voire le jardin.

Mais, toujours (désolé !), il y a des limitations dans l’efficacité de la méthode sur le long terme :

  • Ça prend un peu de temps. Même lorsque la méthode est pleinement efficace, il faut attendre environ un mois avant de voir les puces totalement disparaitre
  • Il faut que tous les animaux du foyer soient traités en même temps
  • Il ne faut pas que l’un de vos animaux puisse se contaminer en dehors de la maison. Si c’est le cas il faut renouveler le traitement

FAQ – Questions Fréquemment Posées

Est-ce-que les larves de puces peuvent piquer ?

Les larves de puces ne peuvent pas piquer. Leurs mandibules sont faites pour broyer et mâcher les débris organiques. En aucun cas elles sont adaptées à percer la peau de votre animal ou d’un humain.

Est-ce que les larves de puces peuvent sauter ?

Les larves de puces ne peuvent pas sauter. Les larves de puces et les puces adultes sont très différentes. Les puces adultes se déplacent entre les poils de votre animal en marchant. Elles sautent parfois en cas d’urgence ou pour rejoindre leur hôte grâce à leurs pattes postérieures hyper développées. Les larves de n’ont pas de pattes et se contentent de ramper pour s’enfoncer dans le sol le plus profondément possible.

Les larves de puce - Conclusion

Les larves sont la partie immergée de l’iceberg en ce qui concerne le cycle de vie de la puce. On ne les voit pas et elles sont néanmoins beaucoup plus nombreuses que les adultes. Elles constituent un réservoir important de réinfestation de votre animal.

Le contrôle des larves de puces ne doit pas être négligé. Ne pas s’en préoccuper est la raison principale pour laquelle les traitements contre les puces échouent si souvent.

Lutter contre les puces demande un fort niveau d’implication de votre part. Vous devez prendre le temps de comprendre comment le cycle de vie de la puce se traduit concrètement dans votre maison et sur votre animal.