Restez informé(e) :


Etats-Unis: quels états américains préfèrent les chats aux chiens
[ 3 approches différentes et une conclusion ]

Edité par Gilles Ventejol

Mis à jour:

5 minutes de lecture

Dans cet article vous trouverez 4 cartes interactives illustrant 3 approches différentes et une conclusion sur les différences d'intérêt relatives que peuvent porter les états d'Amérique du Nord aux chiens ou aux chats:

On dit souvent qu'il existe un gouffre entre les amoureux des chiens et ceux des chats.

Parce que les deux espèces sont tellement différentes, les amoureux de ces animaux les apprécient pour des raisons presque opposées.

Les chiens expriment en permanence l'amour qu'ils ont pour leurs maîtres. Ils sont dynamiques, loyaux, et affectueux. On peut toutefois remarquer qu'ils nécessitent plus de soins, sont désordonnés, bruyants et ont toujours faim. Ils ont aussi besoin de plus d'espace. Finalement, s'occuper d'un chien coûte davantage.

Les chats sont mignons, en particulier quand ils sont jeunes. Ils sont plus calmes, plus doux, et indépendants, même s'ils peuvent paraitre parfois indifférents ou égoïstes. Certains chats sont très joueurs. Mais faites attention à vos meubles!

Mais, à la fin qui gagne la compétition? Les chats ou les chiens?

Probablement aucun des deux. Ils répondent à des attentes différentes. Mais dans ce débat sans fin, nous pouvons apporter un élément: dire dans quelles régions les chats ou les chiens sont aimés le plus.

Approche n°1: la population des chiens et des chats

La première approche est plutôt directe: quels sont les états qui abritent comparativement le plus de chats ou de chiens!

Au niveau national, les chiens ont récemment pris l'avantage. Ils sont 77 millions contre 58 millions de chats.

Toutefois, il y a des états où les chats sont encore les plus nombreux.

[ Passez la souris sur la carte pour découvrir les chiffres ]

Ecart entre les populations de chats et chiens en pourcentage du nombre total d'animaux de compagnie (chiens + chats)

source: 2016 AVMA Pet Ownership and Demographics Sourcebook

Approche n°2: la possession des animaux

Maintenant que vous avez une idée de la population des animaux par état, nous pouvons aller un cran plus loin.

Comme nous cherchons à savoir combien de gens aiment davantage les chats ou les chiens, il semble logique de vouloir connaitre la proportion de ceux qui possèdent réellement un chien ou un chat, n'est-ce-pas?

Etant donné que les propriétaires de chats ont en moyenne plus de chats que les propriétaires de chiens ont de chiens, les résultats sont notablement changés par rapport à l'analyse précédente:

[ Passez la souris sur la carte pour découvrir les chiffres état par état ]

Ecart, en pourcentage, de la proportion de foyers possédant des chiens par rapport à ceux possédant des chats

source: 2016 AVMA Pet Ownership and Demographics Sourcebook

Approche n°3: les recherches sur Internet

Certains peuvent objecter que posséder un animal ne signifie pas forcément que nous l'aimons.

Hum? Peut-être!

Ou ne mesure pas l'intensité de l'amour que nous lui portons.

OK.

Cherchons alors un autre moyen de mesurer la force de notre amour à l'aide d'un outil statistique. Une idée: regardons combien de requêtes sont faites sur Google pour "dog care", comparé à "cat care". En anglais la notion de "care" regroupe à la fois les soins médicaux apportés à l'animal ainsi que l'implication des maîtres dans son bien-être.

Ça devrait nous donner une bonne idée de l'amour qu'il suscite, n'est-ce-pas?

Cette fois-ci, l'affaire est réglée. Les chiens déclenchent deux fois plus de requêtes que les chats:

Ces chiffres sont cohérents avec le nombre de consultations dans les cabinets vétérinaires ou bien avec le chiffre d'affaires des laboratoires de Santé Animale: les chiens génèrent plus d'activité. On s'occupe réellement plus des chiens.

Est-ce vraiment parce que nous les aimons davantage?

Ce n'est pas certain.

Une des raisons est que les chiens ont réellement besoin de plus de soins. Ils vieillissent plus rapidement et, quand ils sont malades, ils expriment leurs symptômes de façon plus visible.

En outre, chez les chiens, il y a une plus grande variété de races. Certaines développent des maladies ou des troubles du comportement qui leurs sont particulières et que l'on rencontre plus rarement chez les chats. Lorsqu'ils sont blessés ou en détresse, les chats cherchent souvent à cacher leur état et restent calmes: le maître ne remarque pas toujours ces signes.

Pour visualiser les différences qui existent entre les états des Etats-Unis, nous illustrons la différence avec la moyenne nationale qui est de 31% pour les requêtes "cat care" et de 69% pour "dog care". On pourra ainsi noter là aussi des différences notables entre les états. Regardons la carte:

[ Passez la souris sur la carte pour découvrir les chiffres ]

Proportion de recherche sur Google pour "cat care" vs "dog care" exprimé par différence avec la moyenne nationale de 31% pour les chats et de 69% pour les chiens.

Source: Google Trends extrait le 9 novembre 2020 sur une période d'une année complète

La finale: quels états préfèrent les chats aux chiens

La première conclusion, évidente, est qu'aux Etats-Unis, on préfère les chiens. Ils sont plus nombreux, ils sont présents dans davantage de foyers, et génèrent plus de questions au sujet de leur bien-être et de leur santé. De plus, nous avons montré dans un article récent sur la couverture des soins vétérinaires, que les chiens généraient les trois quarts de l'activité des cliniques vétérinaires dédiées aux animaux de compagnie.

Mais, il se trouve encore un petit nombre d'états où l'on préfère les chats. Dans notre approche finale, nous avons intégré les classements des 3 approches précédentes pour donner une note à chacun des états.

Chaque état s'est vu attribué des points en fonction de sa catégorie de performance dans chacune des 3 analyses précédentes. Nous avons ajoutés ces points entre eux pour obtenir la carte suivante:

[ Passez la souris sur la carte pour découvrir les chiffres ]

Et les gagnants sont:

Bien sûr, cette dernière analyse est subjective changer la façon d'attribuer les notes aurait pu modifier de façon marginale le résultat final mais sans en dénaturer les enseignements.

Pour votre information, voici comment les points ont été attribués: