Restez informé(e) :


Comment estimer l'âge de son chien en 5 étapes

Image de présentation de l'article - extrait du tableau de l'âge des chiens  

Vous savez que les chiens grandissent et vieillissent plus vite que les humains.


La vitesse à laquelle ils se développent peut parfois se révéler surprenante pour les propriétaires.

Quand ils sont très jeunes, les chiots ont besoin de soins spéciaux. Ils doivent se faire vacciner et vermifuger très tôt, dès l'âge de 4 semaines. Il faut aussi les sevrer au bon moment, ni trop tard, ni surtout trop tôt afin qu'ils ne développent pas une anxiété de séparation, maladie psychologique qu'il est impossible de soigner par la suite.

La puberté arrive elle aussi très tôt: à 6 mois en moyenne. Le comportement du jeune chien change alors énormément. Et il faut faire attention aux gestations surprise.

Les choses deviennent plus facile lorsque votre chien atteind l'âge adulte, vous pourrez relâcher un peu votre attention, mais il faudra veiller à ce que:

  • Il ne prenne pas trop de poids
  • Il soit bien vacciné et traité contre les parasites
  • Il ait un beau pelage et une bonne hygiène dentaire
  • Il ne développe pas de troubles du comportement
  • Il ne prenne pas trop de risques et en particulier ne s'expose pas à des accidents de voiture

Tout devrait bien se passer jusqu'au jour où, une fois encore, vous serez surpris par des troubles, des symptômes tout simplement dus au fait que votre chien a vieilli plus rapidement que vous ne le pensiez, et parfois, beaucoup plus rapidement.

Le chien est une espèce hétérogène. Sa taille, son comportement, sa sensibilité aux maladies et les moments où elle se produit varient énormément d'une race à une autre.

C'est ce que nous allons expliquer dans cet article.

Accédez à notre
INFOGRAPHIE: le VIEILLISSEMENT DU CHIEN

 

1. Commencez simplement

Une façon d'estimer l'âge de votre chien est de convertir son âge en équivalent humain avec lequel vous êtes plus familier.

La façon la plus simple est de multiplier l'âge de votre chien par 6.

Age chien vs age humain par une simple multiplication

Bien sûr, ce n'est pas très précis. C'est parce qu'il y a beaucoup d'autres facteurs à prendre en compte. Mais enfin, c'est une moyenne, pour tous les chiens, quel que soit leur âge.

2. L'âge physiologique

Pour gagner en précision et en finesse, des chercheurs ont utilisé des marqueurs du développement physiologique du chien comme la puberté, l'âge adulte, l'espérance de vie maximale.

Physiological-age-graph

Ils découvrirent que le développement des chiens n'est pas parallèle à celui des humains.

Les jeunes chiots se développent beaucoup plus rapidement que les enfants, et en particulier dans les premières semaines qui suivent leur naissance.

En fait, c'est plus le développement des jeunes humains qui est lent que celui des chiots rapide, si on le compare à celui des autres mammifères, domestiques ou sauvages.

Plus tard, la croissance du chien, comparée à celle d'un humain, se ralentit et suit un rythme parallèle d'environ 5 années de vie humaine, pour une année de la vie d'un chien.

A la fin de la vie, le processus semble s'accélérer à nouveau chez les chiens. Mais n'est-ce pas l'être humain qui a la capacité de ralentir son vieillissement et d'augmenter son espérance de vie plus que le reste de la population de mammifères sur la terre?

3. La taille du chien

Tous les chiens n'ont pas été créés égaux.

Et loin de là!

Le poids des chiens s'étend d'une échelle qui va de 1 kg à plus de 80. L'espérance de vie suit aussi un rapport de 1 à 4.

Parmi les biologistes, il y a un consensus général sur le fait que plus un mammifère est grand, plus il vit longtemps.

Par exemple, les éléphants peuvent vivre plus de 80 ans. Dans la mer, la baleine boréale a été signalée avec une espérance de vie de plus de 200 ans.

Les scientifiques expliquent que le métabolisme des espèces de petits mammifères est plus actif et génère plus de radicaux libres, toxiques pour l'organisme.

Une autre théorie propose que les espèces de mammifères qui ont un taux de mortalité élevé (ils sont généralement petits et ont de nombreux prédateurs) développent leur stratégie de survie basée sur une puberté précoce et un taux de reproduction élevé plutôt que sur des mécanismes physiologiques anti-vieillissement.

Mais, pour l'espèce canine, c'est exactement le contraire: plus la race est petite, plus le chien vit longtemps!

Il y a une corrélation prouvée et négative entre la taille de la race et sa longévité.

Inutile de préciser que c'est un vrai défi pour les biologistes qui voient ainsi leurs théories battues en brèche. Les raisons pour lesquelles les petites races de chiens vivent plus longtemps ne sont pas encore élucidées.

La meilleure explication à ce jour repose sur la rapide croissance des chiots dans leur première année de vie. Plus le chien est grand, plus rapide est sa croissance initiale. Par exemple, les races géantes (Grand Danois, St Bernard...) multiplient leur poids par 100 dans la première année de leur vie. A comparer avec un facteur 20 pour les petites races ou 3 pour les humains.

Cette croissance rapide produirait de grandes quantités de radicaux libres pour les grandes races. Les radicaux libres sont délétères pour les cellules de l'organisme et sont une des causes d'un vieillissement prématuré.

Il faut aussi noter qu'au cours des siècles derniers, les races les plus grandes ont augmenté de taille par le processus de sélection des éleveurs.

Une équipe de chercheurs de l'Université de Purdue (USA - Indiana) a mené une étude sur plus de 23 000 chiens (Patronek et al. (5)). Ils confirmèrent que le développement physiologique des chiens était étroitement lié à l'inverse de leur taille, comme illustré par le tableau ci-dessous.

 
Tableau de correspondance âge des chiens vs âge des humains

Patronek et al. (5)

Les chiens croisés vivent plus longtemps que les chiens de race

Cette conclusion est constante dans toutes les études sur la sur l'espérance de vie des chiens domestiques. Les races croisées vivent environ un an de plus. La raison en est ce que les chercheurs appellent "la vigueur hybride".

Les races croisées ont une meilleure aptitude physique et résistent mieux aux maladies que leurs parents de race pure, qui eux, souffrent d'une condition inverse, "la dépression de consanguinité".

Les chiennes stérilisées vivent plus longtemps

C'est une autre tendance issue des études scientifiques. Elle est sans doute due au risque plus élevé de cancer de la chaine mammaire chez les femelles entières, pour certaines races.

4. Les données concrètes

Quand on parle de longévité, la taille compte.

Mais, il y a quelques exceptions à la règle de la taille.

Jusqu'à présent nous avons seulement considéré un vieillissement naturel et progressif. Mais, dans la vraie vie, il y souvent des problèmes inattendus, tels que les accidents ou les maladies.

Courbe du vieillissement naturel des chiens

Et là aussi, on peut rencontrer des différences considérables.

La meilleure façon d'en rendre compte est de regarder l'âge médian de la mort. L'âge médian se calcule sur les observations de terrain. Par exemple, si l'âge médian est, disons, de 11 ans, cela veut dire que la moitié de la population est morte avant 11 ans et l'autre moitié après.

Cette valeur prend en compte non seulement les effets du vieillissement naturel que nous avons traités dans les 3 parties précédentes, mais aussi de l'exposition aux accidents et aux maladies mortelles qui sont différents d'une race à une autre.

Le tableau ci-dessous montre les résultats d'une étude récente menée au Royaume Uni sur une population de plus de 5 000 chiens.

Mais ne soyez pas surpris si certaines races de petite taille ont une durée de vie plus courte qu'attendu. C'est souvent une conséquence d'une insuffisance cardiaque, maladie très fréquente chez certaines petites races. Cette approche sera développée dans le prochain chapitre.  

Age median de quelques races de chien

5. Les accidents de la vie

L'âge n'est pas une maladie.

Vieillir est un processus naturel qui consiste en une diminution progressive de la capacité de l'organisme à s'adapter à un environnement agressif. Le déclin des fonctions vitales finit par entrainer la mort.

Mais d'autres évènements ont une influence sur le cours de la vie.

Ce sont les accidents et les maladies.

Ils ont un impact négatif sur la survie et l'âge médian de la mort.

  Les proportions des différentes causes de décès chez les chiens

Et là aussi, les races ne sont pas sur le même pied. Il est important que tous les propriétaires de chiens soient informés des risques qui sont spécifiques à la race de leur chien de telle façon qu'ils puissent tenter de d'en prévenir quelques uns.

Les accidents sont une cause fréquente de décès. Ils affectent plus souvent les chiens qui peuvent quitter la maison et aller vagabonder aux alentours.

Les petits chiens qui vivent principalement dans la maison ou bien les chiens de garde qui doivent rester dans les limites du jardin courent moins le risque d'être renversés par une voiture sur la route!

Avec le temps et à cause de la sélection opérée par leurs maitres humains dans le but de construire des races qui semblent parfaites à leurs yeux, de nombreuses races de chiens développent progressivement des sensibilités accrues à certaines maladies.

Jetez un œil à ce schéma et remarquez combien les différences entre les races peuvent être importantes!

Les causes de décès pour certaines races de chien

Peut-être la race de votre chien n'est pas représentée dans le schéma.

Mais vous avez compris l'essentiel: il y a des différences spectaculaires.

Vous devriez certainement essayer de savoir quel type de maladie votre chien à le plus de chance de développer lorsqu'il aura pris de l'âge. Prendre des mesures préventives augmentera sa qualité et son espérance de vie.

Les principales maladies pouvant entrainer la mort sont:

  • Tumeurs (mammaire, hépatique, pulmonaire, lymphosarcome)
  • Traumatisme (accidents de voiture, de train ou de chasse, noyade, ou s'étant perdu)
  • Trouble locomoteurs (dysplasie de la hanche, hernie discale, instabilité lombo-sacrée, arthrose chronique, atteinte de l'articulation du coude, rupture des ligaments croisés)
  • Insuffisance cardiaque (signes d'insuffisance cardiaque sans cause définie, cardiomyopathie dilatée, endocardiose)
  • Neurologique (épilepsie, signes de maladies sans cause définie, cerveau, épisodes d'inflammation aigüe, méningites, radiculopathie cervicale)
  • Autre (aucun diagnostique, pyomètre, insuffisance rénale, troubles urinaires, diabète sucré, insuffisance hépatique)

Comme vous pouvez le voir, nombre des maladies qui sont mentionnées comme une cause de la mort dans la liste ci-dessus ne sont pas mortelles par elles-mêmes. Souvent, les chiens sont euthanasiés par leur vétérinaire traitant parce que leur maladie en était arrivée à leur étape finale et qu'il n'était plus possible de maintenir une qualité de vie acceptable.

Les études mentionnent l'euthanasie comme la raison de la mort dans 55 à 85% des cas.

La cause principale de la mort pour le Cavalier King Charles est l'insuffisance cardiaque qu'il développe très précocement. Si vous possédez un chien qui appartient à cette race, vous devez commencer à aller voir le vétérinaire pour cette affection lorsqu'il aura atteint l'âge de 6 ans seulement.

Dans une moindre mesure, tous les chiens de petite taille courent le risque de développer une endocardiose, la maladie cardiaque la plus fréquente.

Le taux élevé de traumatismes chez le basset semble dû à son habitude d'aller vagabonder au dehors de la maison. Mais c'est aussi pour cela que c'est un chien de chasse de premier choix.

Les lévriers aux pattes longues et fines sont fréquemment victimes de fractures qui peuvent parfois conduire à une euthanasie.

Le bouvier bernois, le setter irlandais, le boxer ou le golden retriever sont plus susceptibles de développer un cancer.

Les différences dans les genres

Bien que ce ne soit pas vrai pour toutes les races, les chiennes ont deux fois plus de chance de mourir d'une tumeur que les mâles, à cause de la forte proportion de cancers mammaires.

A l'inverse, les males ont 40% plus de chances de mourir d'affections neurologiques.

Les jeunes chiens

Les jeunes chiens représentent une population bien différente lorsque l'on s'intéresse aux causes de mortalité.

Ils ont bien évidemment moins d'expérience et par voie de conséquence sont plus exposés aux accidents et traumatismes. Ils ont aussi plus souvent des troubles digestifs qui peuvent parfois se révéler létaux.

Les troubles du comportement proviennent souvent d'erreur dans l'éducation des jeunes chiens dans leur premiers mois de vie. Les statistiques montrent par ailleurs que les "chiens miniatures" ont plus de risque de mourir très jeunes.

 

Un résumé de l'article? Lisez notre
INFOGRAPHIE : L'AGE DU CHIEN

 

Conclusion

Vous pouvez vous intéresser à l'âge de votre chien par curiosité pure ou bien parce que vous avez remarqué des changements que vous vous voudriez pouvoir interpréter.

Il est important que vous sachiez à l'avance comment votre chien va évoluer tout au long de sa vie pour être en mesure de lui procurer les meilleurs soins.

Goldson a proposé un seuil pour le début du processus de vieillissement chez le chien. C'est quand les mécanismes de vieillissement commencent à être visibles et que vous devez considérer que votre chien commence à vieillir:

  Chiens Petites races 11,5 ans +/-1,9
Races moyennes 10,9 ans +/- 1,6
Grandes races 8,9 ans +/- 1,4
Races géantes 7,5 ans +/- 1,9

A partir de ce moment, vous devriez être conscients que des changements chez votre chien sont inévitables. Ils concernent tous les organes du corps:

  • Os et joints: baisse de la densité des os, arthrose, augmentation des risques de lésion des ligaments, atrophie musculaire
  • Système cardiovasculaire: accroissement de la taille du cœur, inflammation du cœur, rigidité vasculaire, augmentation de la tension artérielle
  • Tube digestif: tartre sur les dents, affections des gencives, maladie parodontale chez certaines races de petite taille, baisse du nombre des cellules du foie, fibrose du foie, baisse de la sécrétion de bile
  • Yeux: perte d'acuité visuelle, en particulier dans le noir, baisse des sécrétions lacrymales...
  • Immunité: le potentiel de la réponse immunitaire décroit avec l'âge et conduit à un nombre croissant d'infections
  • Système nerveux: baisse des réflexes, baisse des performances sensorielles, troubles du sommeil, épisodes de vocalisation, changement de comportement
  • Reproduction: hypertrophie de la prostate, kystes dans les ovaires
  • Système respiratoire: baisse du nombre d'alvéoles dans le poumon, réduction de l'activité des cils des muqueuses pulmonaires.
  • Peau: séborrhée, callosités, chute des poils, perte d'élasticité
  • Système urinaire: fibrose et sclérose des reins, perte de la capacité à concentrer l'urine, relâchement des sphincters

Lorsque le chien devient plus vieux, en tant que maitre, vous devriez être capable de différentier les signes d'un vieillissement normal des symptômes d'une nouvelle maladie. C'est ce qui vous permettra de décider à bon escient quand amener votre chien chez le vétérinaire.

Ainsi, vous donnerez à votre chien de meilleures chances de survie et augmenterez le nombre des moments de joie que vous passerez à ses côtés.

Sources

  1. Adams V.J., Evans K.M., Sampson J., Wood J.L.N., 2010. Methods and mortality results of a health survey of purebred dogs in the UK. Journal of Small Animal Practice 51, 512–524.

  2. Bonnett, B.N., Egenvall, A., Hedhammar, Å., Olson, P., 2005. Mortality in over 350,000 insured Swedish dogs from 1995–2000: I. breed-, gender-, age- and cause-specific rates. Acta Veterinaria Scandinavica 46, 105–120.

  3. Galis, F., Van Der Sluijs, I., Van Dooren, T.J.M., Metz, J.A.J., Nussbaumer, M., 2007. Do large dogs die young? Journal of Experimental Zoology Part B: Molecular and Developmental Evolution 308B, 119–126.

  4. O’Neill D.G., Church D.B., McGreevy P.D., Thomson P.C., Brodbelt D.C., 2013. Longevity and mortality of owned dogs in England. The Veterinary Journal 198 638–643

  5. Patronek, G.J., Waters, D.J., Glickman, L.T., 1997. Comparative longevity of pet dogs and humans: Implications for gerontology research. Journal of Gerontology: Biological Sciences 52, B171–B178.

  6. Muller C., Chateau-Escoffier L., 2002. Définition et évaluation du vieillissement du chien et du chat âgés. Le Nouveau Praticien Vétérinaire 10, 9-13.